Les brèves charcutantes du jeudi 24 septembre 2009

Publié le par Au Terminus des Pretentieux

De Reiss à eSSes, il n'y qu'une talonnette
Selon les propos du Gugusse dans son palais, Clotide Reiss ( l'Ingrid Bétancourt en herbe ) est innocente alors que les juges iraniens n'ont pas encore rendu leur verdict. Toujours selon le Minimoy, Sa Seigneurie De Villepin est coupable alors que les juges français planchent sur l'affaire. Un coup de crochet de plus de la part de l'omniprésent. Dixit mon boucher préféré: " Suis sur que si je le laissais deux minutes avec ma hacheuse il en ferait du mou de De Villepin, de quoi nourrir tous les chats du quartier."


Quand ça scotche, ça coach !
On apprend ce jour que Sophie de Menthon,  l'insupportable cruche et  Grande Gueule de l'émission du même nom qui sévit sur RMC en fin de matinée, déclare qu'elle a un coach qui lui apprend à ne pas trop élever le voix et ainsi ne pas couvrir les propos des guignols qui animent cette émission. A quand un coach pour lui inculquer que quand on a un point de vue à la con sur l'actualité on s'abstient de tout commentaire. En trois mots : Sophie ta gueule  !

Pris pour des poires mais pas Belle-Hélène
Hausse du chômage en août, on allait voir ce que l'on allait voir avec la baisse de la TVA dans la restauration qui devait soi-disant faciliter les embauches, on a vu et on  dit un grand merci à tous les gargotiers de France et à leur pitre en chef le fulgurant André Daguin.

Le foot qui broute
Des mesures pour lutter contre la violence dans les stades annoncées par les mafieux de la ligue de football, les Prétentieux toujours aussi radicaux proposent simplement de fermer tous les stades et de construire des centres culturels, les footballeurs pourront y apprendre à lire et les supporters pourront dans des ateliers d'écriture rédiger des manuels d'insultes à l'usage des rustres et des bien nantis qui les ont pris pour ce qu'ils sont depuis des années: des crétins.

Culture toujours
En Afrique, on a pour habitude de dire qu'un vieillard qui meurt c'est une bibliothèque qui disparaît, en France quand on enterre un 2be3 c'est la culture qui respire, en même temps, le dernier album de Florent Pagny est toujours malheureusement en vente libre.

La brève bessonnante bonus de Charles Max

M. Besson apprécie la « délicatesse » des CRS. S’ils tabassent, c’est la faute à la gnôle, ça les énerve.

Les CRS dans les manifs. « Quand il n’y en a un ça va, c’est quand ils sont nombreux qu’il y a des problèmes ».

Le doudou du CRS, c’est sa matraque. Fait mal le doudou.

CRS : Côtes du Rhône, Ricard, Suze. Dans le même verre.

Il y a quelques années, de jeunes écervelés chevelus, criaient : « CRS = SS », c’est faux, les CRS ne sont pas des SS mais c’est bien imité.

Un vieil anar  disait : « Les collaborateurs de la bourgeoisie viennent des poubelles du mouvement ouvrier ». C’est juste, M. Besson sort du PS.

Vive la Sociale !

A bas la calotte !

Charles Max



Les Prétentieux





Publié dans BREVES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Crapo 25/09/2009 23:01


@ Pheldor :
Similitude avec ma propre destinée que votre parcours édukationnellesquement Nationale !

Question : le plus important, est-ce la faute ou l'erreur ?

Vous déveloperez votre argumention en tenant compte de la possibilité que l'erreur soit induite par la faute qui, à postériori ne trouva de "ban" pour s'asseoir que celui des accusés.

Et Fred'Derrick Lefebvre d'aboyer...


pheldor 25/09/2009 22:51


@ Crapo
Fille et sœur de profs, je n'ai quant à moi jamais été enseignante par pure trouille d'avoir dans ma classe une énergumène de mon espèce comme élève (un zéro de conduite par an). Je n''évitais le
renvoi que parce que je touchais ma bille en orthographe et grammaire. J'en conçus une sorte de reconnaissance envers elles...
Grâce aux Prétentieux je m'amuse bien à les mettre en vedette. Merci de votre appréciation.


Crapo 25/09/2009 20:12


@ Pheldor :

A mon époque, on avait encore de bons professeurs (les établissements étaient quan(t)d (?) à eux en perpétuelles rénovation (merci l'amiante !). Cependant, j'usais plus mes fonds de jean's troués
sur la planche d'une barque au milieu d'un étang à pêcher que sur les chaises échardées des classes.

Il me faudrait reprendre des cours de l'or trop grâve mais l'Education Nationale est un Rafale qui s'abîme sans cesse en mer d'incompétence.

Vos corrections valent alors tous les professeurs qui ne vont pas tarder à se retrouver sur la liste délatrice du nouveau site de délation "oukisonméprofs"...

Merci en tout cas de me reprendre.

Sans doute allez vous trouvez dans ce commentaire quelque matière à y aller du votre.

Cordialement.


pheldor 24/09/2009 22:09


La particule onomastique n'est qu'une vulgaire préposition à qui il convient de refuser systématiquement la majuscule. Alors on a "Sa Seigneurie de Villepin".
Quand le nom n'est pas précédé du prénom, d'un titre ou d'autre chose on vire la particule. Exemples : Balzac, Richelieu. Attention, on garde les "des", "du" et "d'", ainsi d'Artagnan, de même que
par pure euphonie le "de" pour les noms d'une syllabe prononcée, ainsi de Sèze. Ouf. Je vous ai bien saoulés là.
Il est vrai que c'est votre boucher qui s'exprime et pas vous, on sera donc indulgent pour ses fautes. Mais admettons que cette belle phrase sorte de votre bouche, on l'écrirait comme ceci :
'Suis sûr que si je le laissais deux minutes avec ma hacheuse il en ferait du mou, de Villepin, ..."
Buenas noches.