Les brèves béantes du vendredi 21 août 2009

Publié le par Au Terminus des Pretentieux

Un coup de Bolt
Le type qui court plus vite que son ombre affirme haut et fort qu'il est propre.
Nous sommes prêts à le croire surtout à l'insu de notre plein gré, par contre il faut vite analyser le sang et les urines de l'inénarrable Patrick Montel commentateur du service public dont la bêtise,l'incompétence  battent des records que l'on croyait inaccessibles aux plus mauvais des commentateurs depuis le départ en semi-retraite de Thierry Roland sur M6.

Retour dans le bac à sable

Le débat sur les primaires relancé au Parti socialiste à quelques jours de la rentrée.
Les électeurs de droite rassurés, le parti socialiste est toujours cliniquement mort.

Si jeune et déjà maso
Le ramadan séduirait de plus en plus les jeunes.Croyant et jeune c'est un peu comme
être jeune et giscardien, animateur télé et intelligent, vieux et catholiques, non vieux et catholique cela fonctionne !

Le borgne, la blonde et le Polaroïd
Marine le Pen regrette de ne pas avoir pu embrasser la carrière de photographe professionnelle, elle aurait tellement aimé pouvoir être la Léni Riefensthal française
et prendre en photo des supporters du PSG, toutes nos condoléances à la famille.

Pauvre Cohn (merci Pierre Desproges)
Cohn Bendit ratisse large et envisage un rassemblement de la gauche jusqu'au Modem, c'est le problème avec les révolutionnaires, en vieillissant ils deviennent aussi cons que les autres.

Dans le trou mais pas noir
L'enterrement de Mickael Jackson repoussé,si cela continue les asticots n'auront plus
grand chose à becqueter, déjà qu'en vie Bambi n' était pas très appétissant.
..

Publié dans BREVES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pheldor 21/08/2009 21:09

Bonsoir les amis. 2 jours sans vous, ça a pas été facile... Ouf, vous revoilou ! Avec en plus mon petit cadeau : dès la première ligne une erreur othographique ou typographique, je ne sais. Donc "qui coure" au lieu de... Allez, courez rectifier et continuez à me donner des prétextes pour vous écrire.