Le jeu à la nantaise

Publié le par Au Terminus des Pretentieux

Les deux filles de Mansfield Tya  avaient accroché nos oreilles à coups de comptines brutes voire brutales sur leur premier album "June". Les voilà prises en flagrant délit de récidive.

 

 

          « Mais j’ai défoncé ses dents, pour qu’on ne me retrouve pas ». C’était, entre autres douceurs, ce qu’on pouvait entendre dans « Pour oublier je dors », point d’orgue de l’album précédent du duo féminin Mansfield Tya formé à Nantes où décidément le jeu délié dit « à la nantaise » a bien du plomb dans l’aile.

Si les Canaris s’acharnèrent durant des lustres à fournir un spectacle plaisant et bien huilé destiné, sinon à conquérir l’Europe, du moins à contenter le spectateur confortablement installé dans les travées du stade Marcel Saupin, il y a désormais un vent de déglingue qui souffle sur la Loire-Atlantique ; et les deux musiciennes de Mansfield Tya n’y sont pas étrangères, elles qui s’obstinent à prendre l’auditeur à rebrousse-poil. A coups de guitares électriques décharnées et de violon acidulé qui finissent par transpercer votre défense plus sûrement qu’un raid de Loïc Amisse sur son aile gauche.

          Julia Lanöe et Carla Pallone, respectivement guitariste et violoniste complices depuis 2002, sont à Carla Bruni en gros ce que Stéphane Guillon est à Anne Roumanoff : point de fausse impertinence cachant mal un conformisme à toute épreuve, ici on aime appuyer là où ça fait mal, même si ça fait mal, surtout si ça fait mal. Guère étonnant que ces deux-là aient croisé la route d’une Vale Poher, écorchée lyonnaise bon teint, ou aient attiré l’attention d’un Dominique A qui débuta naguère sa route sous pavillon nantais, celui du label Lithium tombé depuis les armes à la main et le portefeuille en croix. Ou qu’on ait entendu récemment Julia chez Françoiz Breut, autre figure féminine défendant une conception radicale, intègre et pas franchement commerciale de l’expression musicale à la française.

          « Seules au bout de 23 secondes » est un titre curieux, l’angoisse peut-être de planter là son auditoire avant que la messe soit dite…Alternant titres en anglais et en français, l’album séduit et déroute à la fois, ce qui doit ravir ces deux empêcheuses de somnoler en rond. Il creuse le sillon entamé avec « June », et si le début  paraît un peu en deçà de son prédécesseur, voici que « Je ne rêve plus » remet du sel sur nos blessures à l’âme à coups d’archets déchirants et de textes au bistouri. Une grande chanson qui fait basculer un album par ailleurs rêche et parfois peu aimable. Et qui brille, comme celui de Porcelain dernièrement, par son absence de décorum, frisant l’aridité parfois avec une belle insolence.

          « Fantômes », « Je ne rêve plus », « My lover is gone », « Why not die together », on ne rigole pas tous les jours chez les Mansfield, et vous repasserez pour la gaudriole. Amateurs de musique bubble-gum et de variété pseudo rock pré pondue, fuyez pendant qu’il est temps et réservez votre soirée du 16 mai pour les débilitantes flatulences eurovisionnesques. A l’écoute de ce disque abrasif, il vous reviendra peut-être en mémoire la fameuse scène de « Marathon man » dans laquelle Laurence Olivier attaquait à la chignole la dentition de Dustin Hoffman en lui susurrant un glaçant « Ca ne fait pas mal » qui 30 ans après nous fout encore les jetons.

          C’est si bon d’avoir mal semblent nous dire nos deux nantaises qui ont troqué la perceuse contre une guitare à percussion et le clou de girofle réparateur contre un violon sûret. Au Terminus, masos comme nous sommes, nous ne demandons qu’à les croire.

          « Nous les écorchés vifs, on en a des sévices » chantait le Bertrand Cantat d’avant Vilnius. Message reçu lui répondent les Mansfield Tya dans cet album en toile émeri parfait contrepoint aux historiettes d’une ex-mannequin qui sent le savon et l’homme de droite.

 

Ch.M

Les liens à suivre …

ici http://www.mansfieldtya.com/

                                  ...et là http://www.myspace.com/mansfieldtya

Publié dans MUSIQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article