Les radieux de Brest

Publié le par Au Terminus des Pretentieux

On croyait les Cocteau Twins morts et enterrés. Plus de nouvelles de Liz Fraser et Robin Guthrie, le couple le plus chavirant que le monde du rock indépendant nous ait donné à entendre ces vingt dernières années. Et puis voici que la magie opère de nouveau sous la forme inattendue d’un duo brestois, Mediavolo, qui ressuscite un peu, et même parfois beaucoup, de la lumière bleutée de ses glorieux aînés.



Brest. 150 000 habitants, une rade, quelques bars, un Christophe Miossec. Qui sur ses premiers albums avait soufflé un air chargé de bière à bon marché sur un rock français qui n’avait alors guère comme figure de proue qu’un Dominique A d’ailleurs toujours au meilleur de sa forme. Une équipe de football en Ligue 2, condamnée à regarder une finale de Coupe de France bretonno-bretonne en compagnie d’un plateau-télé.

« Mais nom de Dieu que la pluie cesse » clamait un Miossec un tantinet obscurci par le climat. Je ne sais pas si les membres du groupe, duo devrais-je dire, Mediavolo ont eu l’occasion de scruter le temps qu’il faisait à l’extérieur, parce qu’à l’écoute de leur album « Unaltered Empire », paru fin 2008, on comprend qu’ils ont dû passer beaucoup de temps en studio pour accoucher d’une pareille galette (bretonne, cela va sans dire).

Les nostalgiques dans mon genre qui reconnaissaient à l’époque le son de guitare des Cocteau Twins dès le premier coup de médiator distillé par Robin Guthrie risquent de n’en pas croire leurs esgourdes et de se demander si en fin de compte les revenants n’existent pas bel et bien (la hype autour du retour programmé de Demis Roussos semble en être une autre preuve, mais dans un registre musical, euh, différent…).

On disait ce son inimitable, ovniesque, maintes fois approché, jamais égalé, et il faut bien reconnaître que nos théorèmes frelatés affirmant la disparition du son avec la disparition du groupe ont des relents de démonstration arnaquée. Nous voilà revenus quelques belles années en arrière lorsque de nos platines ébahies de tant de grâce s’envolaient des bulles de pop incroyables comme « Blue bell knoll » ou « Carolyn’s fingers », à savoir deux des quelques dizaines de chansons mirobolantes dont les Cocteau Twins nous gratifiaient périodiquement.

A l’écoute de Mediavolo on pense aussi beaucoup aux Sundays, autre groupe qui n’a pas survécu aux années 90, autre groupe à la chanteuse gracile  discourant délicatement sur un tissu de guitares ciselées avec une précision d’orfèvre. Et d’orfèvrerie il est bel et bien question ici.

Plus proche d’Harriett Wheeler que de Liz Fraser par son côté terrien et plus « accessible », le chant de Géraldine fait pourtant planer l’ensemble à une altitude qui se refuse obstinément à bon nombre de ses consoeurs désespérément clouées au sol (Tourmalet du chant en apesanteur, Liz reste hors catégorie, elle qui semblait venir d’une autre planète et dont les « paroles » totalement incompréhensibles pour le commun des mortels restent à tout jamais imperméables au moindre déchiffrage).

Furieusement à contre-courant de la production ambiante, farouchement anti-commercial car chanté en anglais, cet album de pop atmosphérique et ultra-mélodique est-il transportable sur scène ? Nous sommes assez curieux de voir comment Jac et Géraldine peuvent restituer en public ces murs de sons gigantesques, ces échos monstrueux, ces saturations élégantes, sans perdre de cette apparente fragilité qui fait le sel de morceaux comme « Fanciest scheme » qui clôt l’album comme savaient si bien le faire les Cocteau Twins, en un crescendo imparable.

Ils sont quelques alchimistes par ici qui s’escriment contre vents et marées à vouloir changer le plomb quotidien en or pop, à l’image des Nancéens d’Orwell qui, dans un anonymat foutrement scandaleux, s’obstinent à distiller des perles intemporelles que vous n’entendrez jamais à la radio. Mais aussi Fugu, autre lorrain, Marc Ribot et d’autres encore…parmi lesquels désormais Mediavolo qui œuvre  depuis 1999 et semble avoir atteint son nirvana pop avec ce disque d’un autre temps. Bienvenue au club !

http://www.mediavolo.net/

Ch. M.

Publié dans MUSIQUE

Commenter cet article

Aucun 28/04/2009 01:13

Je suis sur le cul de ce papier.

arnoux 27/04/2009 00:03

Sans aucune prétention mais sur mon blog dans art vous y verrez quelques choses qui ressemble bcp!
ce n' est pas de ma création mais de jlouis grig!
bbbblorette