Travail, famille et mise en plie

Publié le par Au Terminus des Pretentieux

Parce qu’il le vaut bien, Jean-Luc Hees remplace Jean-Paul Cluzel à la tête de la Maison Ronde. Journalistes et chroniqueurs ont de quoi se faire des cheveux blancs !

 

           Dégagé … autour des oreilles, Jean-Paul Cluzel peut aller se faire voir ailleurs. Sa récente apparition sur un  calendrier d’Act up façon catcheur mexicain a déplu à Nicolas Ier qui a décidé de ne pas renouveler le contrat de l’homme à barbe.

 


 

           Sans mauvais jeu de mots, tout est étonnamment affaire de cheveux. Jean-Luc Hees Chantre de la mise en plie et du journalisme qui ne déconne pas car il n’aime pas le mélange des genres, a été bombardé Monsieur Radio France après qu’il ait réussi d’un cheveu un grand oral de pacotille devant les membres du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel. 6 voix contre 2, et une courageuse abstention, ouf !

La tignasse blanche au vent, Jean-Luc a promis, Val est un ami mais ça ne suffira pas à lui donner le poste de grand chef de France Inter...

Jean-Luc a concédé qu’il avait raté le coche des nouvelles technologies, sans dire qu’il prendrait des cours de rattrapage.

Jean-Luc a assuré que les têtes pouvaient tomber, rappelant sans le nommer que Didier Porte en avait déjà fait les frais.

 

           La devise de Hees a des airs de déjà vu.

Travail de journaliste sérieux, à l’américaine, « France Info sera au plus près de l’actualité » ou comment parler pour ne rien dire mais tenir l’antenne, laisser tourner en boucle les faits et éviter les prises de positions politiques.

Famille, Val l’ami de Carla, l’irrévérence d’un Fogiel qui a trop fréquenter les puissants en a oublié quand il chantait l’autogestion avec Patrick Font fera un chouette témoin sur la photo de noce.

Mise en plie, on cherchera des poux dans la barbe de Didier Porte et dans la tignasse « du sale gosse » Stéphane Guillon. Sous l’affreux prétexte qu’on ne mélange pas les torchons à carte de presse et les serviettes chroniqueurs qui font rire, on aura tôt fait de se débarrasser de ces poils à gratter qui dépassent.

 

          Cette tendance politique à la hache venant d’un président qui avouait rêver à la fonction quand il se rasait le matin n’a rien de surprenant. Journalistes, chroniqueurs, Préfet, commissaires, …, têtes droites, le garçon coiffeur de l’Elysée rase gratis !

 

T. G.

Publié dans MEDIAS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Aucun 27/04/2009 23:52

Mr Val n'est qu'une antenne de Sarko pour mettre le brin partout où il passe,
un Besson de pacotille en sommeil.
Quand je pense que Mr Cavanna bosse pour un mec pareil j'ai l'impression que Charlie-Hebdo ce fait Hara-Kiri.